700x0_1322044352.jpg

http://www.juliedewaroquier.com/

 

 

             Ça lui a paru plat, mais l'idée n'est pas sotte: si les défis lui plaisent, celui-là est de taille. "Observer l'inconnu non plus de son regard mais d'un regard divin " -Oh que ça sonnait mièvre!

 

Et comme il s'ennuyait, il a dû essayer. Ouvert son oeil avide sur le tant inconnu, et affûtés ses sens, et trouvée la pitié -tout au fond, tout au fond, où tout est si caché sous un grossier fouillis d'inutiles bravades. Et puis il n'est pas Dieu, ne parlons pas d'Amour - il faut pas déconner.

Il s'accroche au détail, il invente des vies, et il frôle le vrai, souvent.

Comme il prend goût au jeu, il y passe des heures, il y passe des jours, à noter quelques mots sur un petit carnet, arpentant les métros, perçant l'humanité jusqu'à son plus intime.

 

 

Graines d'hommes.

 

-Une grossière tache avilit son veston, son épouse est partie, c'est sûr, le voilà seul. Il réalise enfin l'ampleur de l'abandon, et au fond de lui-même, il aperçoit le vide.

 

-Du maquillage en trop qui traduit l'amertume, son visage qu'elle hait, le regard s'accoutume, peut-être. Elle pâlit du mien, je peux l'apercevoir malgré l'épais vernis de la gouache rosée. Timide à en mourir?

 

- Ses doigts nerveux pianotent, et fiévreusement, elle scrute la vitre. Un premier rendez-vous? Son souci la grignote, ses lèvres font la moue. Saura-t-elle lui plaire?

 

- Il clame son mépris sur un blouson taggé. Jaillissant du chaos, son regard est de haine- son sourcil est percé, et ses poings enserrés dans d'épaisses mitaines. Il darde son mépris sur tous ceux qui l'entourent, il semble roi du mal. Dieu puisse le bénir, et vienne une belle âme enfin l'ensevelir de farouches "Je t'aime"!

 

Ou clins Dieu.

 

-Elle a les yeux brillants, et le sourire éclos. Elle revoit en songe cette âme si chérie, elle en frémit d'amour, palpite sous l'émoi, ce doux débordement nous montre ses gencives. Contre son bras lascif, un gros bouquet de roses assaillit tendrement les narines alentour. Et je pense à la crèche et aime cette Vierge.

 

-Ils sont une poignée précautionneusement installée tout autour: il n'a guère plus d'un jour, et fond déjà les coeurs. Un bébé blondinet répond aux risettes d'un métro tout conquis, la journée sera bonne, la journée sera douce, et je pense à la crèche et aime ce Jésus.

 

-Sa vergogne est partie quand les ans sont passés, il aborde sans gêne d'innocents passagers et leur parle du Beau. Oh, il ne mendie pas, et son joyeux babil ne fait rien qu'amuser: le pauvre est bien simplet, mais je pense à la crèche et aime ce Ravi.

 

-Ils sont trois avocats, le cou encarcanné d'une cravate grise. Leur passion les divise, qui détient donc le vrai? Ils veulent bien l'atteindre- pourvu qu'on le leur montre. Et je pense à la crèche et aime ces trois Rois.

Retour à l'accueil