17 Janvier 2009

 

 Encore une soirée où la jeunesse France, encore, elle va bien s'amuser puisqu'ici, rien n'a de sens...
 
Une voix s'élève doucement.
 
"... Aller coucher sur la dure..."

Au pas des chevaux, le chanteur poursuit, rapidement rejoint par ses compagnons.
Sept cavaliers, mordant la vie, débordant de joie de vivre, les cheveux au vent, le regard pétillant... sept jeunes chantent, au cœur de la Lozère, de la France profonde, loin des villes, loin des Hommes.
Le plus jeune n'a pas quinze ans, une herbe dans la bouche, un sourire jusqu'aux oreilles, il chante doucement.

Sans se regarder, d'u
ne légère pression des mollets, ils forcent l'allure.


" Lance toi dans la grande aventure..."


Se levant et s'asseyant au rythme du grand trot, la voix est un peu saccadée...


" Laï laï laï laï..."


Leur sourire s'agrandit, ils se penchent sur l'encolure et saisissent la crinière à pleines poignées. Les chevaux, lâchés, ont pris une longue foulée, et filent avec le vent...
Si les cœurs battent plus fort, les voix chantent toujours, sept voix pures et fraîches, quelques voix encore juvéniles, quelques voix d'hommes.
Un long soupir gonfle les poitrines, un long frisson parcourt les échines, la vitesse augmente encore, les branches fouettent le visage des cavaliers qui se penchent encore sur l'encolure et enfouissent leur tête dans les crinières soyeuses...

" Sois gai lorsque la nuit est sans voile..."

Ce sont eux, les fiers guerriers parcourant les vastes plaines enneigées de l'Ukraine, c'est la jeunesse exaltée qui trouve son vrai bonheur dans cette course folle, dans ces rêves d' idéaux, loin de la vie quotidienne, faisant corps avec leur monture, les muscles puissants de la bête roulant sous eux, puissance et force.

A cet instant que nul n'oubliera jamais, tous sont devenus des hommes.

Saisissant ses rênes, l'aîné se retourne, regarde ses compagnons et inspire profondément, remplit d' un bonheur, d'une joie jusque là inconnus.

Ô ces souvenirs enchantés...
Retour à l'accueil